M. et Mme Toutlemonde aiment volontiers se représenter l’infirmière avant tout comme celle qui fait les piqûres💉. Mais vous êtes bien placé-e pour le savoir : le quotidien d’un-e infirmièr-e en libéral est bien différent ! Et parmi les actes quotidiens les plus fréquents, le soin des plaies arrive souvent en pole position.

Soigner des plaies, c’est bien. Mais bien les évaluer, c’est encore mieux ! Alors on revient en détail sur l’évaluation de plaie par l’infirmier : quelles sont les bonnes pratiques en 2021 ?

bandage

Évaluation d’une plaie : définition by l’infirmier

Connaissez-vous Woundsinternational ? Si vous n’étiez pas en train de chiller contre le radiateur pendant les cours à l’IFSI, ce nom devrait vous dire vaguement quelque chose 😋! Il s’agit d’une entreprise internationale spécialisée dans la communication auprès des professionnel-les de santé sur tout ce qui touche aux plaies. Leur but ? Fournir du matériel pédagogique pratique, innovant, attractif, utiles, aux soignant-es. Afin de vous soutenir en :

  • apportant un aperçu des dernières avancées techniques et matérielles ;
  • en condensant les preuves disponibles dans des conseils concis et basés sur la pratique pour la gestion quotidienne des plaies.

Voici comment Woundinternational définit l’évaluation des plaies :

L’ensemble des informations recueillies grâce à l’observation, à l’interrogatoire, à l’examen physique et aux investigations cliniques, pour élaborer le plan de prise en charge. Elle peut également servir de base au suivi de la plaie, de l’efficacité des stratégies thérapeutiques au fil du temps, et des répercussions sur le bien-être du patient.

Ce qu’on retient ++++ ? Évaluer une plaie, ce n’est pas seulement regarder la plaie, mais aussi questionner de manière plus large le patient et observer d’autres parties de son corps #IDELholistique.

Envie de vous former sur le sujet ? Suivez-vous !

Pourquoi c’est important d’évaluer une plaie ?

Il y a eu un avant et un après dans l’évaluation des plaies. En 2013/2014, une étude anthropologique d’envergure mondiale a été menée, pour mieux comprendre l’impact d’une plaie sur le quotidien du patient. Cette étude a permis de découvrir que :

  1. les répercussions d’une plaie sur le quotidien et la qualité de vie d’un patient sont importantes (même sans VAC ou autre dispositif relou ++) ;
  2. les soignant-es découpent les plaies en 3 zones à observer :
    1. le lit ;
    2. les berges ;
    3. la peau péri-lésionnelle.

Or, jusqu’à cette époque, les soins et outils disponibles s’attardaient surtout sur le lit et les berges de la plaie, et pas sur la peau péri-lésionnelle. Pourtant la peau péri-lésionnelle pose souvent problème.

D’où l’importance de réaliser une bonne évaluation globale d’une plaie💪🏼.

Comment évaluer une plaie : outils & démarche

Voici pas à pas les étapes d’évaluation d’une plaie :

  1. Se renseigner sur les comorbidités du patient (Diabète ?Artériopathie des membres inférieurs ? Ulcères ? Fumeur ? Etc.) Ces facteurs retardant et rendant plus compliquée la cicatrisation.
  2. Avoir en tête l’historique de la plaie : à cause de quoi ? Depuis quand ? Quelle est son évolution ? Normalement, si vous avez de chouettes collègues IDEL ou IDE hospitalier, vous devriez avoir tout ça de tracé 😉!
  3. Observer les 3 zones de la plaie : lit (type de tissu, exsudat, infection), berge (macération, déshydratation, creusement, enroulées) et peau péri-lésionnelle (macération, excoriation, peau sèche, hyperkeratosis, corne/durillon, eczéma).

Peut-être avez-vous l’habitude d’utiliser une grille d’évaluation ? C’est super 👏! Pensez simplement à là mettre régulièrement à jour en fonction de l’évolution des connaissances et de recommandations internationales. Comment ? En vous formant par exemple à l’évaluation des plaies chroniques !

pansement

Plaie infectée, fibrineuse ou qui ne cicatrise pas : que faire ?

Difficile de donner des conseils généraux, valables quelques soient l’âge, les comorbidités du patient et la situation de la plaie ! Quelques bases tout de même (pour les conseils plus personnalisés, on vous donne rendez-vous avec notre spécialiste des plaies chroniques et farfelues, dans notre formation infirmier !) :

  1. lit de la plaie : retirer les tissus morts ou dévitalisés, gérer le niveau d’exsudation et réduire la biocharge de la plaie ;
  2. berges de la plaie : réduire les obstacles empêchant la cicatrisation en réduisant le creusement de l’espace mort,
    débrider les berges épaissies ou enroulées, et améliorer la gestion des exsudats pour minimiser les risques de
    macération.
  3. peau péri-lésionnelle : réhydrater la peau sèche et éviter l’exposition aux exsudats/à l’humidité pour limiter les
    risques de lésions ;
  4. et le gros plus : prendre en charge le patient dans sa globalité ! Pour accroître son bien être, il est recommandé de diminuer sa douleur et de minimiser l’odeur qui se dégage de la plaie.

N’oubliez pas de faire un petit selfie une petite photo de la plaie📸, et de l’envoyer via monSisra ou tout autre appli au médecin traitant du patient, ou à son chirurgien.

Se former à l’évaluation et au soin des plaies

Le site de Woundsinternational diffuse de bonnes ressources pour bien évaluer et prendre en charge les plaies. Trois problèmes cependant :

  • ces ressources ne sont pas forcément en français ;
  • elles ne sont pas destinées spécifiquement aux IDEL français-es, avec des habitudes de prescription françaises ;
  • elles ne sont pas forcément mises à jour chaque année.

Vous avez envie d’avoir l’éclairage d’une IDEL du terrain, qui vous présente sous une forme plus sexy et conviviale tout ce qu’il y à savoir sur l’évaluation des plaies ?

Vous devriez être enchanté avec notre formation sur les plaies chroniques ! Et pas besoin de vous déplacer pour ça, on livre à domicile #UberEstPartout avec nos formations 100% en ligne !

Envie de vous former sur le sujet ? Suivez-vous !

Sources scientifiques

Étiqueté dans :

,