Infirmier libéral ou à l’hôpital ? Il s’agit du grand questionnement de beaucoup d’IDE ou même d’EIDE. Au 1 er janvier 2019, 18 % des IDE en France avaient un statut d’infirmier libéral ou mixte. La grande majorité était donc plutôt salariée à l’hôpital (65 %). Quels sont les avantages et les inconvénients de chaque type d’exercice (notamment en matière de formations DPC infirmier ) ? Quelles sont les grandes différences qui peuvent vous aider à trancher pour basculer vers le libéral ou l’hôpital ? On vous aide à y voir plus clair (même sans lunettes👓) en parcourant les différentes facettes du métier !

balance

Le salaire

Allez, on rentre tout de suite dans le vif du sujet. Soyons honnête : même si vous exercez sans doute comme IDE par envie d’exercer une profession utile, au service des autres, vous ne faites pas ça par pur bénévolat ! Vous souhaitez aussi gagner décemment votre vie, et être rémunérée de manière juste. Il est tout à fait normal que les revenus que vous allez toucher soient un critère déterminant… et cela ne veut pas dire que vous soignerez mal vos patientes et patients, bien au contraire ! 💵

Ces précautions prises, voilà ce qu’on peut dire concernant les revenus de l’infirmier hospitalier : votre salaire est prédictible pour l’année en cours mais aussi toutes celles à venir. À partir du moment où vous connaissez votre salaire de départ (qui est parfois négociable, et souvent de l’ordre de 1400 à 1900 euros net pour une infirmière hospitalière en début de carrière), vous savez à peu près combien vous allez gagner tant que vous resterez à l’hôpital. Et ce salaire minimal est garantit quoi qu’il arrive, sur une base de 35 heures de travail par semaine.

À l’inverse, les revenus de l’IDEL sont beaucoup moins prédictibles. Il est très difficile d’estimer avec certitude ce que vous allez gagner les premières années. Et même une fois lancé, il y aura toujours une incertitude et un risque que votre chiffre d’affaires diminue. Le salaire moyen mensuel brut d’une IDEL est de 5 212 €. Le salaire net est donc d’environ (pour une estimation de 60% de charges) 3127 euros. Ramené au nombre d’heures passées à travailler, ce salaire n’est pas forcément supérieur à celui de l’infirmier à l’hôpital.

Les congés

En tant qu‘infirmier à l’hôpital, vous avez le droit généralement à :

  • 5 semaines de congés payés par an ;
  • des RTT si vous travaillez plus de 35 heures ;
  • quelques jours bonus selon la façon dont vous répartissez vos congés.

Vous devrez cependant vous arranger avec le cadre du service et vos collègues pour poser vos congés. Vous pourrez par exemple très rarement prendre 3 semaines d’affilée en plein mois d’août. Certaines semaines de congés peuvent même vous être imposées.

En libéral, en théorie, vous êtes libre de prendre autant de congés que vous voulez, quand vous voulez, sans demander l’autorisation à personne ! Sauf que… certains de vos patients ne peuvent pas se passer de soins. Il faut donc que vous trouviez un remplaçant, ou que vous vous mettiez d’accord avec vos confrères et consœurs avec qui vous travaillez en groupe.

La sécurité de l’emploi

On vous proposera sûrement assez rapidement d’être titulaire à l’hôpital. Vous devenez alors fonctionnaire de l’État, avec l’avantage en découlant : la sécurité de l’emploi à vie.
En libéral, rien de tout ça ! C’est à vous de faire en sorte de maintenir une niveau décent d’activités. (Sinon, c’est pâtes et patates au menu jusqu’à la fin du mois 😬!)

Envie de vous lancer dans le monde du libéral ?
Découvrez notre formation sur le sujet

L’organisation

En tournée libérale, vous vous organisez assez librement. Bien sûr que vous n’allez pas faire vos prises de sang nécessitant d’être à jeun à 18 heures, ni vos toilettes à 15 heures, mais globalement, vous êtes tout de même beaucoup plus libre de vos horaires.

À l’hôpital, vos horaires sont chronométrées à la minute près, et vous n’aurez aucune possibilité de les modifier.

L’administratif

L’administratif, c’est pas le poste le plus fun… Où que vous exerciez, vous devrez vous y coller hélas au quotidien. À l‘hôpital, il s’agira surtout de passer du temps derrière l’ordi à tracer tous vos soins. En libéral, vous devrez facturer vos actes à l’Assurance maladie, et gérer toutes les interactions directement avec cette dernière. NGAP, BSI…Pas vraiment bien compliqué…si on est bien formé :p

La formation continue

Les infirmiers à l’hôpital s’en rendent vite compte : il est souvent très difficile d’obtenir des formations à l’hôpital, à part la sempiternelle formation incendie, où on apprend à manier l’extincteur🧯… #Blasé

À l’inverse, en tant qu‘infirmier libéral, vous avez des dispositifs qui vous permettent de vous former plusieurs jours par an chaque année. Ces formations sont payées ou remboursées par des organismes, et vous bénéficiez même parfois d’indemnités pour y participer !

L’évolution professionnelle

À l’hôpital, vous pouvez évoluer vers des postes d’IDE référent, voire de cadre de service (sous réserve de passer par l’école des cadres🖊️…).

En tant qu‘infirmier libéral, vous pourrez varier vos activités, mais pas vraiment “évoluer” au sens obtenir une fonction supérieure. Vous pourrez par exemple décider d’intégrer des réseaux de santé, d’enseigner en IFSI, de devenir consultant ou formateur, ou encore vous spécialiser dans la prise en charge de certaines pathologies…

Tout cela vous donne envie d’optimiser votre exercice d’infirmier libéral ? Suivez notre formation dédiée à l’installation et la gestion du cabinet libéral !

Étiqueté dans :