Au concours des idées reçues des IDEL, celles sur la cotation remportent sans doute souvent la victoire✌🏾. Pourquoi ? La faute à une NGAP infirmier assez obscure (et parfois des formations IDEL que nous tardons à faire 😳)
On vous délivre notre top 8 des idées reçues sur les cotations tiré de notre formation NGAP infirmier.

  1. Si je cote plus, je vais être payé plus
  2. Pas besoin de me former, j’ai lu sur charlatan.org.fr comment bien coter
  3. Je connais toutes mes cotations de tête
  4. Personne ne vérifie jamais les cotations
  5. J’aurai le temps de traiter mes rejets et erreurs plus tard
  6. J’ai bien le droit à quelques erreurs d’interprétation de temps en temps
  7. Mon logiciel fait tout le travail de respect de la NGAP à ma place
  8. Si j’ai un petit CA je risque rien si je me trompe

ngpa,nomenclature,cotation,idel,infirmier,Avenant 6,BSI,erreur

1/ Si je cote plus, je vais être payé plus

Ce raisonnement paraît valable de prime abord. Mais il oublie de prendre en compte le risque d’indu ! L’indu n’épargne ni les patients, ni leurs professionnels de santé. #pasdejaloux La CPAM est en droit à tout moment de vous réclamer des sommes qu’elle vous a versées de manière inappropriée. Avec parfois des sanctions associées, et un passage au tribunal.

Ce qu’il faut retenir c’est qu’une cotation juste vous apportera plus de sérénité… et croyez nous, ça n’a pas de prix !

2/ Pas besoin de me former, j’ai lu sur charlatan.org comment bien coter

On pense pouvoir facilement trouver de l’aide pour bien coter : Groupes Facebook ou Whats’app, forums ou encore son propre réseau… Autant de sources que de possibilité de se tromper 🤯.

Notre conseil, à garder précieusement dans un coin de votre tête tout au long de votre carrière (au moins :p), consiste à vous faire accompagner par des personnes/organismes FIABLES ! Répétez après nous : F-I-A-B-L-E.

Se former et s’informer auprès de professionnels compétents et experts est fondamental pour vous éviter de vous retrouver dans ses situations embarrassantes.

Ou les trouver ? On ne saura que trop vous conseiller notre formation DPC IDEL pour rester toujours à la page. Elles sont certifiées par l’ANDPC,  Datadock … autant d’organisme qui sont un gage de confiance et de qualités.

Découvrez notre catalogue de formations

3/ Je connais toutes mes cotations de tête

Les erreurs d’interprétations de le NGAP… vaste sujet ! Et pourtant au moment où on les fait, on en est convaincu : « le pansement d’escarre au talon chez le diabétique, c’est AMI X ».
Bravo ! Vous devez sans doute assurer pour retenir les codes de tous les immeubles de vos patients, et remporter toutes les parties de Trivial Poursuit… mais soyons honnêtes ! Un moment de faiblesse arrive parfois plus vite qu’on l’imagine 🙂 Même s’il est tout à fait possible que vous ayez une très bonne mémoire. Mais le stress lié à la profession peut la diminuer. On sait qu’exposé à un stress, des étudiants se rappellent de 30 % de moins de mots que des étudiants qui ne l’ont pas été*

Ce que nous vous conseillons c’est de toujours avoir à portée de main (ou de clic) votre nomenclature. On dit ça… on ne dit rien ! 🖱

4/ Personne ne vérifie jamais les cotations

Tapez « fraude infirmière » dans Google Actualité. Ça peut faire froid dans le dos, pire qu’un Scary movie à 10 ans, mais ça prouve surtout que les contrôles sont réguliers et bien réels. De plus en plus d’IDEL font les frais d’erreur de cotation, souvent même involontaires.
En cause ? Une mauvaise connaissance de la NGAP ou de son évolution.
Gardez bien en tête de toujours vérifier vos cotations parce que ça n’arrive pas qu’aux autres 🙂

ngpa,nomenclature,cotation,idel,infirmier,Avenant 6,BSI,erreur

5/J’aurai le temps de traiter mes rejets et erreurs plus tard

Procrastination, mon amour 😍. Le mot d’ordre de l’Assurance Maladie est le suivant : déclarez au plus vite vos erreurs de cotation lorsqu’elles sont facturées. Idéalement le jour même.
On vous guide dans la marche à suivre :

  1. Éviter toute erreur de cotation
  2. Corriger au plus vite son erreur dans son logiciel de télétransmission
  3. Régulariser sa situation auprès de la CPAM en cas de facturation déjà effectuée. Et puis espérons que l’Assurance Maladie soit sensible au dicton “fautes avouées… à moitié pardonnée ».

6/ J’ai bien le droit à quelques erreurs d’interprétation de temps en temps

L’erreur est humaine… Telle n’est pas la devise de la CPAM ! Si vous commettez des erreurs, un remboursement de la différence vous sera systématiquement demandé. A minima. Car vous pourrez parfois hériter aussi de pénalités ou d’amendes et même pire…
Et ne comptez pas sur la team Tagada SoinSoin pour vous apporter des oranges 🍊!

7/ Mon logiciel fait tout le travail de respect de la NGAP à ma place

Donnez-moi son nom 🙂 ! Aucun logiciel ne peut prétendre à respecter à 100 % la NGAP. Car il y a toujours de multiples interprétations possibles.

Feriez-vous confiance aux suggestions d’Amazon pour choisir à votre place 100 % des films que vous voulez visionner en Prime, des cadeaux de Noël, des croquettes pour votre chat, et tous vos achats pour l’année à venir ? Sans doute pas. Alors, ne laissez pas une large de manœuvre trop grande à votre logiciel, car les conséquences ne seront pas dans ce cas de simples cadeaux ratés ou films nazes !

8/ Si j’ai un petit CA, je ne risque rien si je me trompe

Logiquement, on pourrait penser : petit CA = petit contrôle. Surtout quand on vient de se lancer… Mais malheureusement, ce n’est pas vrai. Comme on aime dire, ce n’est pas la taille qui compte ! Le montant des actes facturés est loin d’être le seul indice sur lequel s’appuie la CPAM pour détecter d’éventuelles fraudes ou erreurs. Un exercice atypique attire aussi la suspicion et peut faire l’office d’un contrôle🔎.
Vous pouvez avoir des indus même pour des petits montants de l’ordre de quelques dizaines d’euros.

 

Vous souhaitez booster vos connaissances en NGAP ? Apprendre à coter plus vite que votre ombre ? #luckylucke Vous avez sonné à la bonne porte…heu…cliqué au bon endroit 😉

Santé Académie vous propose de vous former à votre rythme. Une petite pause entre deux patients ? Au chaud dans votre lit ? Sur un banc au soleil ? Il vous suffira d’une bonne connexion internet est le tour est joué. En plus cette formation est 100% gratuite grâce à votre FIF-PL 😉

S'inscrire à la formation NGAP & Avenant 6

 

*source : Schwabe, 2010.